Pourquoi le fact-checking




  • La masse importante d’informations qui circulent au quotidien
  • L’avènement des réseaux sociaux qui offrent la possibilité à chacun de partager des affirmations, des faits, sans qu’il soit possible de les confronter

La propagande politique



  • Depuis quelques années, des individus au sein des médias se spécialisent dans le fact-checking
  • Bien entendu, les fact-checkers existent depuis que le journalisme est un métier, c’est une fonction consubstantielle à la production d’informations. La vérification des faits est au fondement du journalisme.
  • Les possibilités offertes par les nouvelles technologies permettent de développer des expériences de vérification innovantes


  • Loin d’être un phénomène de mode, le fact-checking s’affirme comme une tendance de fond, voire comme un nouveau traitement de l’information et du discours
  • Le fact-checking bouleverse le rapport à l’information et au discours politique. Il laisse entrevoir la promesse d’un journalisme plus attaché aux faits et d’un traitement de l’information moins complaisant vis-à-vis de la classe politique.


  • C’est donc un retour à la vérification des données et des faits dans l’optique d’ouvrir la voie vers une meilleure pédagogie de l’information destinées au public.
  • Et, le fact-checking modifie non seulement le rapport au discours politique mais aussi aux médias, frappés par une crise de crédibilité.
  • D’une nécessité certaine, le fact-checking doit être une priorité dans une société où l’information est majoritairement diffusée par Internet et les réseaux sociaux.
  • A l’heure où la publication et la diffusion d’informations sur les réseaux sociaux n’ont jamais été aussi accessibles, le fact-checking permet de garantir la fiabilité des sources.
  • Le fact-checking permet aussi de décrypter l’information dans le flux d’une communication politique formatée, pour un débat démocratique plus ouvert.
  • Le fact-checker se pose donc comme un filtre entre le lecteur et l’homme politique. Son rôle est de rétablir la vérité et non de jeter le discrédit sur la classe politique.
  • Le fact-checking se présente ainsi comme un journalisme d’ouverture, plus inclusif envers les lecteurs.
  • Par sa portée pédagogique, il vise à sensibiliser le public à un rapport plus critique au discours politique et, globalement, à l’information.